Nos mécanismes de défense

Qu'est-ce qu'un mécanisme de défense? A quoi servent-ils?

Un mécanisme de défense permet à l'Etre humain de faire face aux différents conflits et frustrations qu'il rencontre dans la vie de tous les jours.

En effet, nous sommes quotidiennement confrontés à des situations qui nécessitent une adaptation, et cette adaptation se fait souvent au détriment de nos envies profondes et répond plutôt à des normes sociales, éducatives et morales (non, je ne mets pas ma main dans la figure de mon patron qui vient de me refuser une augmentation!), et des tensions psychiques peuvent apparaître.

Nous allons donc, dans ces moments là, utiliser des mécanismes de défense de manière tout à fait inconsciente, nous permettant ainsi de faire baisser la tension, car le but de ces mécanismes et de maintenir un certain équilibre psychique.

Mais, si à l'origine, l'emploi de ces mécanismes permet de trouver un équilibre, ces mêmes mécanismes peuvent devenir inadaptés, utilisés à mauvais escient et engendrer des conduites pathologiques.

Voici quelques uns de ces mécanismes de défense:

- Le refoulement, qui consiste à rejeter hors du domaine conscient les désirs et pulsions inadmissibles pour le sujet, mais attention, le refoulé cherche toujours à refaire surface.

- Le déplacement, qui permet aux pulsions de se décharger en partie dans une autre situation ou activité ( Ex: un enfant fâché contre ses parents qui lui auront refusé un caprice reportera sa colère contre sa peluche). 

- L'isolation, qui occasionne une coupure (isole) entre un événement traumatique qui a été vécu et ce qui a été ressenti (affect) alors pendant cet événement. La personne pourra raconter ce qu'elle a vécu sans jamais ressentir l'émotion associée, l'affect est bloqué.

- La projection, qui permet au sujet de prêter à quelqu'un d'autre des caractéristiques qui lui appartiennent. Ce mécanisme est également le socle du délire paranoïaque.

- L'identification est le contraire de la projection puisqu'elle consiste à s'octroyer les caractéristiques d'autrui. Ce processus se retrouve dans la construction du sujet, qui enfant, s'identifie à son entourage et en particulier au parent du même sexe.

- Le clivage est typique des personnes qui pensent en terme de tout ou rien, bon ou mauvais, noir ou blanc, il n'y a pas de nuances possibles.

- La formation réactionnelle consiste en la réalisation et l'amplification d'un acte ou d'une pensée totalement opposé de l'original. Un excès de gentillesse peut être une formation réactionnelle consécutive à des intentions hostiles au départ.

- Le déni est le rejet massif d'une réalité trop douloureuse, on l'observe temporairement dans le processus de deuil et systématiquement dans les psychoses.

- La dénégation est l'art de nier tout en le disant! Le sujet émet des souhaits ou des pensées qu'il refuse de reconnaitre (Ex: "Je ne dis pas ça pour me glorifier, mais...")

- La régression s'observe lorsqu'un individu confronté à une situation difficile revient à un fonctionnement infantile.

- La conversion, lorsque le corps sert de support à un conflit, expression d'un symptôme.

- Le retournement sur soi, consiste, comme son nom l'indique, à retourner contre soi-même certaines pulsions agressives, le sujet devient lui-même l'objet de ses attaques (masochisme)

- La sublimation est un mécanisme qui permet au sujet de prendre conscience de sa valeur et lui permet de s'accomplir dans un domaine professionnel par exemple. L'individu qui sublime est plutôt épanoui dans la société. C'est le "meilleur" mécanisme que peut employer un sujet et tout un article pourrait lui être consacré!

Il en existe bien d'autres, je me suis donc cantonnée à quelques principaux mécanismes en les accompagnant d'un rapide descriptif.

L'un des buts de la psychothérapie analytique est de se rendre compte des mécanismes qui nous animent et s'apercevoir s'ils sont adaptés à la situation ou bien "périmés", inappropriés, créant alors plus de souffrance, de dépenses en énergie que d'équilibre.

Pauline Gaudin